Spécial Subliminal

- Mysterious Yanick D - Spécial Subliminal - Vol4 - No4 - Décembre 2000 -



Les Beatles en scéance de méditation transcendental
O
n ne peux pas traiter de la paranoïa sans aborder au moins une fois la Beatlemania. Parce que les Beatles étaient de grands paranos, adeptes de de nombreux gourous. Parce qu'ils furent les premiers à utiliser des messages subliminaux.
Parce que certains se mirent à décortiquer tout leurs albums, à la recherche d'indices débiles...

On a cru que Paul McCarthny était mort et qu'il avait été remplacé par un sosie. Pire encore, on a observé des liens entre le «White Album», Mick Jagger, Charles Manson, le film «Rosemary's Baby» et David Chapman, le meurtrier de John Lennon... Bonjour la paranoïa !

MYSTERIOUS YANICK D - PARANOÏA - DÉC 2000   

 

Les Beatles sous influence...


Certains affirment que l'album «Sergent Pepper» fut enregistré afin de commémorer l'anniversaire de la mort du mage Aleister Crowley. Raison numéro 1 : L'album date de 1967 et Crowley est mort en Décembre 1947. Raison numéro 2 : On peut apercevoir le visage de Crowley sur la pochette.

Album Sergent pepper's

Les Beatles furent les premiers à afficher le visage du mage, Aleister Crowley, sur un album rock. Ce dernier deviendra la figure emblématique de la folie qui caractérisera les années 70.

Caméo de Crowley


La foule, sur l'album Sergent Pepper, représente les nombreuses personnalités qui eurent de l'influence sur le groupe. Nous retrouvons Crowley en arrière plan.

 

Malgré qu'Aleister Crowley soit sur la pochette de ce disque, il serait assez étonnant que les Beatles aient dédié un album à ce dernier. En réalité, cette pochette contient déjà plusieurs gourous. On y retrouve également Sri Yukteswar Giri, Simon Rodia, Sri Mahavatara Babaji, Sri Paramahansa Yagananda, Sri Lahiri Mahasaya et Karl Marx. Plus tard, lorsque John Lennon militera contre la guerre du Vietnam, qu'il sera surveillé par le FBI, la présence de Karl Marx sur «Sergent Pepper» sera l'une des raison invoquée afin de prouver les prétentions communistes de Lennon.

 

 

Ce que vous seriez sensé voir LES MIROIRS NE MENTENT JAMAIS ?
On dit que si vous placez un miroir sur le tambour conçu par Joe Ephgrave, entre les mots «Lonely» et «Hearts», vous êtes sensé lire «One he die», se rapportant à la prétendue mort de Paul McCarthny. N'essayez même pas...

 

 

Messages inversés : «Paul est mort !»


Abstraction faite du nez de Michael Jackson, ce qui suit est probablement le canular le plus ridicule du show-business : Paul McCarthny serait mort depuis 1964 et aurait été remplacé par un sosie !

Cette légende a débutée suite à la découverte de messages subliminaux sur les albums des Beatles. Entre «I'm so tired» et «Blackbird», on a cru entendre un message inversé qui disait: «Paul is dead man ! miss him, miss him, miss him...» et dans la chanson «Revolution 9», on découvrit la phrase : «Turn me on dead man!»

 

Paul is dead ...Cliquez pour entendre: «Paul is dead man, miss him...»
Number 9Cliquez pour entendre «Number 9»
Number 9, une fois inverséCliquez pour entendre : «Turn me on dead man»

 

Dans la même veine, tant qu'à dérailler sur le sujet, on peut entendre un autre message inversé à la fin de la chanson «Free as a bird». Vous êtes sensé entendre : «Then is nice again. He's dead.» Les deux derniers messages inversés, que je n'arrive pas à traduire, ni à comprendre, sont présentés dans les chansons «Rain» et «Her majesty»

 

Extrait de «Free as a bird»Cliquez pour entendre l'extrait de «Free as a bird»
Message inversé de «Free as a bird»Cliquez pour entendre «Then is nice again. he's dead»
Extrait de «Rain»Cliquez pour entendre l'extrait de «Rain»
Message inversé de «Rain»Cliquez pour entendre le message inversé de «Rain»
Extrait de «Her Majesty»Cliquez pour entendre l'extrait de «Her majesty»
Message inversé dans «Her majesty»Cliquez pour entendre le message dans «Her majesty»

 

Le sosie de Paul  (Je vous permet d'avoir de gros doutes...)LA RUMEUR
Paul serait mort décapité lors d'un accident de voiture en 1964. La rumeur apparaît en 1966 suite à l'organisation d'un concours de sosies qui fit croire à plusieurs que l'on cherchait un nouveau Paul. Bref, si la rumeur est véridique, il faut croire qu'entre 1964 et 1966 les Beatles ont trimbalés un cadavre sur scène...

La rumeur apparaît dans les magazines
Quand la rumeur commença à faire la couverture des magazine à potin, ce qui représente une sorte de consécration pour les rumeurs, des experts tentèrent de dénicher des indices, de prouver la véracité de cet hypothétique décès. La pochette de l'album «Abbey road», par exemple, fut l'objet d'un examen approfondie.

On a cru longtemps à cette légende, même si le thème de la fausse mort est récurrent, suffit de penser à Hitler, à Presley, à Kauffman, à Maxwell et au Terminator...

 

Le livre de Charles Manson LES BEATLES ET MANSON :
Dans le plus fort de la Beatlemania, John Lennon sera considéré comme un véritable messie et le «White Album» sera sujet à de nombreuses interprétations de la part de cinglés et  de xénophobes, dont un certain Charles Manson. Ce dernier pensait que la chanson «Helter Skelter» lui était dédiée et l'invitait à déclencher une guerre raciale.

 

Délires à propos des Beatles

 


Le fameux succès «Lucy in the Sky with Diamonds» suggère de se
droguer au LSD? (initiales de Lucy, Sky et Diamonds)


En réalité le titre de cette chanson fut inspirée d'un dessin du jeune Julian Lennon, alors âgé de 4 ans. Il conçu le dessin en classe et lorsqu'il le rapporta à la maison, il annonça qu'il s'agissait de sa petite amie Lucy, en train de voler dans un ciel plein de diamants...
LE SAVIEZ-VOUS ?
Si je me fis au livre «L'activité créatrice et l'enfant» de C. Ozinga, je peux vous certifier, en analysant ce dessin, que le pauvre petit Julian était un enfant passablement perturbé.

Cliquez pour une version agrandie

AGRANDIR LE DESSIN

Pour revenir à la fameuse chanson qui suggérait de se droguer au L.S.D, John Lennon déclara en entrevue que les paroles avaient été inspirées par «Wool and Water» de Lewis Carol. Dans ce chapitre d'Alice au pays des merveilles, Alice est transformée en mouton alors qu'elle navigue en bateau. (!?) Malheureusement, je ne peux pas vous garantir que Lewis Carol ait écrit son roman sans avoir consommé de drogues...




Le disque «Abbey Road» contiendrait des indications qui suggèrent que Paul McCarthny est mort et qu'il fut remplacé par un sosie.

Abbey Road
Comme je disais plus haut plusieurs paranos scrutèrent cet album à la loupe afin de prouver la rumeur à propos de Paul. Parmi les arguments invoqués, on fit remarquer que Paul tenait une cigarette de la main droite, alors qu'il est gaucher, qu'il était le seul à avoir les yeux fermés (?!?) et qu'un corbillard était garé à droite de la rue. (!!??!?!)


LWW 28 IF...
ARGUMENT MASSUE !!
Paul avait 28 ans lors de la parution de cet album. La plaque d'immatriculation sur la Wolkwaggen de gauche est «28if», comme dans «If ... he was alive.»


Le nombre «3»
Dans la catégorie «argument encore plus stupide»
On remarqua des bubulles sur la photographie. Imaginez vous que les bubulles en question forment un «3», comme dans «Il n'en reste plus que 3 !!!  - Gasp !





On retrouve des allusions à la mort de Paul sur plusieurs albums.

«White Album»

While my guitar gently weeps :
«Paul, Paul, Paul, Paul...»
À la fin de la chanson, George semble pleurer le nom de Paul.

Don't pass me by :
«You were in a car crash (...) and you lost your hair
Une prétendue allusion à l'accident de voiture où Paul aurait été décapité.

«Magical Mystery Tour»

I'm the Walrus :
«Goo goo goo joob»
Les derniers mots d'Humpty Dumpty, avant de se casser la tête...

Strawberry fields forever :
«I buried Paul»
Traduction : J'ai enterré Paul...

«Revolver»

Taxman
«If you drive a car Paul (...) if you get too cold Paul»
Une autre allusion à l'accident mortel en voiture.
Tomorrow nerver knows
«Paul played the game existance to the end»
Paul a joué le jeux de la vie jusqu'à la fin.




Il y aurait d'autres allusions à l'endos de l'album de «Sergent Papper»

L'épaule de Paul
Sur l'épaule gauche de Paul, on y voyait l'acronyme «O. P. D.» (Officially Pronounced Dead), un peu comme le banal «D. O. A.» (Dead on Arrival). En réalité, il s'agissait des lettres «O.P.P.» (Ontario Provincial Police). Paul portait un uniforme de la police Ontarienne !

Mais les paranos n'allaient pas en rester là. Ils soulignèrent que Paul était le seul membre du groupe à avoir été photographié de dos. Ce qui prouvait, sans conteste, qu'il s'agissait d'un imposteur.


Sur l'endos du disque
Pourtant, je reconnais facilement son gros postérieur !

Un autre argument bidon : Paul, George, et John sont tous sensés être de la même taille, alors que sur la photo, Paul semble plus grand que les deux autres...

- Mais, c'est peut-être que Paul est plus proche de la caméra !?




Encore des allusions douteuses dans «Yesterday & Today»

Yesterday and Today


-
Paul est assis dans u
ne caisse. (!?!)
Je ne vois malheureusement pas le rapport qu'il peut y avoir entre la mort de Paul et cette fine observation et le site où j'ai trouvé l'information n'est pas plus précis sur le sujet. Pour le  rapprochement, disons que Paul est mort au volant de sa caisse.

- Paul a une cicatrice suspecte.
Une cicatrice sur la lèvre supérieure de Paul prouverait qu'il s'agit de William Campbell, celui qui a gagné le concours de sosie. Ringo Starr tant qu'à lui demeure fidèle à lui-même. Il porte fièrement les cheveux gras.

 

 

Les Beatles et Charles Manson

De tout les disques des Beatles, le «White Album» fut probablement celui qui fit le plus halluciner les paranoïaques. On attribua à cet album un tas de légendes des plus idiotes. Par exemple, cet album aurait été composé en reproduisant un ouvrage de sorcellerie ou encore, d'après Charles Manson, qu'il serait un ode au racisme, un appel à la guerre contre les Afro-américains.


Dans le cadre d'une Apocalypse réécrite par Charles Manson, nos «Fab Four» furent considérés comme les quatre cavaliers qui devaient annoncer le fléau. Il ne faut pas oublier que Manson était un gourou à mi-chemin entre le fondamentalisme Chrétien, l'Eugénisme et le Satanisme. Une vilaine combinaison.

Manson se croyait à l'aube de l'Apocalypse, qu'il décrivait comme une guerre raciale à l'échelle planétaire. Sa mission consistait à déclencher le conflit en commettant divers meurtres et en tentant d'incriminer les Black Panthers, un mouvement révolutionnaire Afro-américain.


Pour en revenir au Beatles, le gourou meurtrier croyait que leur chanson «Helter Skelter», qui se traduit par "Pêle-mêle", appelait à la guerre entre les blancs et les noirs. Toujours avec le même esprit de malade mental, Charles Manson croyait que la chanson «Piggies» faisait référence au mot «Pig», qui était la marque distinctive des «Black Panthers». Lorsque le clan Manson tuèrent Sharon Tate, enceinte de huit mois, ils inscrivirent le mot «Pig» sur les murs afin d'incriminer les Black Panthers.



DES FAITS PEU CONNUS

Manson choisit la demeure de Sharon Tate, le 10050 Cielo Drive, car la demeure était louée par un promoteur de musique Pop, Terry Melcher, qui avait refuser de produire la musique de Charles Manson.

À part Sharon Tate, tout les autres convives à l'intérieur de la maison de Cielo Drive avaient consommé du MDA, une puissante drogue qui provoque un effet de dissociation. Plusieurs personnes prétendent que Charles Manson étaient l'un des principaux «dealer» de la communauté artistique hollywoodienne et qu'il connaissait déjà la scène du meurtre pour y avoir déjà vendu de la drogue.

Manson déclara en entrevue que Sharon Tate était la mère du futur Antéchrist puisqu'elle avait joué le rôle d'une sorcière dans le film «Eye of the Devil» et que son mari, Roman Polanski, était le réalisateur du film «Rosemary's Baby». Le film «Eye of the Devil» mettait en scène une secte qui commettait des sacrifices humain.

L'actrice Mia Farrow était persuadée d'être la prochaine victime du clan Manson car la chanson «Dear Prudence», sur le White Album des Beatles, avait été composée en l'honneur de sa soeur, Prudence Farrow. Prudence Farrow avait accompagnée les Beatles lors d'un voyage aux Indes. De plus, Mia Farrow incarnait le personnage principal du film «Rosemary's Baby.» Une étrange coïncidence : le deuxième meurtre de Manson fut le couple LaBianca. L'épouse se prénommait Rosemary.

David Chapman, l'assassin de John Lennon, avait échangé de la correspondance avec Charles Manson. Chapman faisait partie d'une communauté, «Born again Christians», qui croyait également à la venue imminente de l'Apocalypse.

Une dernière coïncidence, la première victime du clan Manson, au 10050 Cielo Drive, se nommait Winifred Chapman.

 

Lucifer Rising Six degrés de séparation ...
Saviez-vous qu'il existerait des corrélation entre Charles Manson, Mick Jagger, John Lennon, Roman Polanski et trois adeptes d'Aleister Crowley (Marianne Faithfull, Anton LaVey et Kenneth Angers) ?

 

 

Crowley, Jagger et Manson...
AVERTISSEMENT : SURCHARGE D'INFORMATIONS RIDICULES
Le gourou Aleister Crowley eut un jeune adepte de 15 ans qui se nommait Kenneth Angers. Ce dernier devint plus tard un célèbre cinéaste. Il réalisa entre autre  «Lucifer Rising», en hommage à son ancien gourou.

Lors de la production de ce film, Angers rechercha un acteur afin de personnifier Lucifer. Il offrit le rôle à Mick Jagger, par l'entremise de Marianne Faithfull, une célèbre groupie et ancienne adepte d'Aleister Crowley, mais Jagger refusa le rôle. Il signera toutefois la musique de la première version du film (1969) d'une durée de 11 minutes.  

Kenneth Angers se tourna alors vers son amant, Bobby Beausoleil, un jeune guitariste, qui accepta le rôle sans véritablement s'y intéressé. En effet, ce dernier signa la musique du second court métrage et quitta subitement le plateau lors du tournage pour se rendre à Death Valley en Californie. Il désirait y rejoindre son second amant, Charles Manson. Bobby Beausoleil, on le sait, participa aux meurtres de Tate et LaBianca.

Kenneth Angers eut encore à se dénicher un nouveau Lucifer. Il offrit finalement le rôle à Anton Szandor LaVey, un obscur gourou que Marianne Faithfull connaissait bien. LaVey fut le fondateur de l’Église de Satan, dont Frank Sinatra, Peter Lawford, Sammy Davis Jr et Jayne Mansfield furent membres. LaVey était un grand admirateur d'Aleister Crowley. Il accepta le rôle de Lucifer avec enthousiasme, mais comme la production du film traîna en longueur, il se désista. Au bout du compte, dans la dernière version de «Lucifer Rinsing» (28 minutes), produit entre 1970 et 1980, on aura une courte apparition de Anton LaVey et c'est Kenneth Angers lui même qui personnifiera Lucifer. 

 

LaVey, Polanski et Lennon

Le Dakota Building
Durant quelques mois, Anton Szandor LaVey fut aussi l'acolyte de Ron Hubbard, le fondateur de l'Eglise de Scientologie. Ensembles ils tentèrent avec des rites extravagants de faire naître le futur Antéchrist.
(Voir : Qui était Aleister Crowley ?)

Ces expériences occultes furent très profitables. LaVey devint le conseiller technique de Roman Polanski pour le film «Rosemary's baby !»

Bed-in © Yanick Desrosiers  
Polanski louait l'appartement d'Anton LaVey pour la réalisation de son film.  LaVey vivait au Dakota Building à New-York, un immeuble ayant la sinistre réputation d'avoir été le siège d'un clan de sorciers (?!?) Par contre, contrairement à la légende urbaine très populaire, LaVey n'a jamais interprété Lucifer dans Rosemary's Baby. Il s'agit de l'acteur Clay Tanner.

Un fait singulier, le Dakota Building à New-York fut également l'édifice au pied duquel fut assassiné John Lennon.








Vos réactions

Olivier : «Abbey Road : Analyse sournoise. Tes infos manquent à être complète et pour le coup ca aurait tapé plus fort.

- Sur la WW Blanche (blanche comme l'austin macabre), il y a non pas 28IF, mais LMW 28IF : IF McCartney Living, Was 28.

- De l'autre coté de la rue, le véhicule de police est une fourgonette de la morgue.

- Les 4 (pardon 3+1) sortent d'un cimetière.

Bref autant pour moi si tu savais tout ça et que tu ne l'as pas mis afin de pas allourdir le texte. Mais un parano beatlmaaniak tel que moi ne pouvais laisser tout ça. En tout cas merci, je ne connaissais pas la totalité des chansons suspectes, et j'ignorais le coup des bulles sur le dos d'abbey road (OPD restera pour moi OPd, mais ça c'est pasque je suis un peu con)

Derniere parano, sur abbey road, le ciel (divin) semble former une flèche désignant, damned, encore paulo. a bientôt cher machin.»


-  Merci mon pote. Content d'avoir enseigné quelque chose à un Beatle-maniac. Ne te gênes surtout pas, si tu as d'autres infos ! ;)


G Bono : «Sur la pochette d'Abbey Road, McCartney est le seul à être pieds-nus et en Grande-Bretagne la tradition est d'enlever les chaussures aux morts. Un détail supplémentaire qui servit à agrémenter la légende...»


Olivier : «Autre information mon cher machin : Sur Sgt's Pepers, les 4 sont devant une tombe (mais de qui?), les fleurs jaunes décorent ni plus ni moins qu'une basse, qui ô surprise ! a la forme d'un P (Paul). Au-dessus de la tête de Paul, une main. Elle n'est pas là par hasard puisque dans quelques traditions indoues, cela désigne les personnes mortes. Dans le coin droit, une poupée rousse (pas russe), rousse comme Jane Asher (l'éternelle fiancée de Paul), tient dans sa main une Austin Blanche (celle dans laquelle Paul s'est craché). Jane Mansfield, morte dans les mêmes conditions et présente dans la foule vient appuyé tout ça.»


Denis Thériault : «Gang de malade ! John Lennon, sur Sgt Pepper, il y a les mains dans les culottes et on n'a jamais fait allusions à ça ! »


ProZ :
«yop , je suis tombé sur ton site par hasard. Je le trouve vraiment excellent. Ta critique de ces réactions paranoiaques, complètement hallucinantes et infondées, est tout bonnement prodigieuse :) je suis pas mecontent d'avoir pris 30 min à lire ton site , je repasserai et compte sur moi pour le conseiller à d'autre. merci encore et bonne continuation. Vive la légende urbaine. :)»


Luc Ross :
«J'ai entendu parlé d'un projet de film avec Johnny Deep,  la biographie de Charles Manson. Je crois que ce film est de mauvais goût et j'espère que des moyens de pression s'organiseront afin de boycotter cette merde.»


Belette :
«Encore une fois un article excellent et passionnant sur ce site.  La collecte d'info est vraiment impressionnante. Je ne regrette pas d'être inscrite à la mailing list !»

-  Merci ! Mais gardez toujours en tête qu'il peut s'agir de légendes urbaines. C'est à vous de trier le vrai du faux en poursuivant vos propres recherches.


Samantha Wiess :
«J'adore lire tes chroniques. J'attend toutes les parutions avec impatience. À quand le livre M.Y.D. ? Je veux te lire et te relire sans pleurer des yeux.»

-  Quand j'aurai déniché le bon éditeur ou lorsqu'un bon éditeur m'aura déniché.


Richard Perrin : «OUF! J'en reviens pas! Toutes ces "coincidences" entre C. Manson, Polanski, La Vey et M.Manson! Faut que je me pose, que je digère. Je te remercie pour toutes ces info incroyables et inestimables!!!»

-  Incroyables, inestimables et probablement fausses ;)


Frank : «Au sujet d'un supposé message subliminal dans "Rain"; le passage que l'on entend à l'envers à la fin de la chanson est en fait la première phrase de celle-ci : If the rain comes they run and hide their heads.»


Jacques Willems :
«Le thème de Yesterday, a semble-t-il été considéré de la part même de Mc Cartney, comme un plagiat inconscient et subliminal. Ce thème semble être présent dans le vinyle de Benny Goodman"The king of the swing", FESTIVAL MU 222, Disque 1, face 2, 2ème morceau I WALK WITH YOU (a walk in the black forrest). Ne serait-ce pas là l'origine de ce morceau?»

-  J'en sais rien, désolé, le seul disque de Benny Goodman que je possède, c'est «Swing,Swing,Swing.» - Et ça swing !!


 



Retour à la chronique paranoïaque précédenteProchaine chronique paranoïaque


YANICKD.COM COPYRIGHT
YANICK DESROSIERS 1997-2008